Donner vie à la vision de la Corée du Sud en matière de construction intelligente

Donner vie à la vision de la Corée du Sud en matière de construction intelligente

Le gouvernement sud-coréen a pour mission d’apporter une technologie de pointe à l’industrie de la construction. Cette mission fait partie d’une ambitieuse feuille de route technologique pour la construction intelligente qui verra les entreprises de génie civil du pays adopter une combinaison de Cloud computing, de modélisation des informations du bâtiment (BIM), d’Internet des objets, de données volumineuses, de drones et de robots, alors que nous entrons dans un nouveau chapitre du développement humain, sous l’impulsion de la quatrième révolution industrielle.

Pour Dasan Consultants, cela a créé une excellente opportunité de jeter les bases d’une nouvelle approche de conception BIM. La principale société coréenne d’ingénierie et de conseil est spécialisée dans la fourniture de services de planification, de conception et de gestion de la construction aux secteurs mondiaux des transports, de la terre, de l’eau, de l’environnement, de l’énergie et des usines. Non seulement elle voulait améliorer son avantage concurrentiel et renforcer sa réputation de pionnier national, mais elle voulait également réduire les coûts inutiles tout en garantissant la qualité, la fiabilité et la durabilité.

L’entreprise s’est tournée vers la plateforme 3DEXPERIENCE sur Cloud pour piloter sa transformation à l’échelle de l’entreprise et passer de la 2D à la 3D. Aujourd’hui, la plateforme sert de base de données centralisée pour gérer les données et la propriété intellectuelle, partager les informations en toute sécurité avec toutes les parties prenantes et travailler sur les conceptions à l’échelle de l’entreprise, en réunissant toutes les unités de conception et d’ingénierie. En même temps, Dasan peut activement éviter les erreurs de conception, l’incohérence, les interférences et les mauvais calculs qui surviennent généralement dans les dessins 2D traditionnels.

Dasan a utilisé la plateforme 3DEXPERIENCE pour gérer le projet de construction de l’autoroute Yangpyung-Icheon avec des résultats impressionnants.

“C’était la première fois que nous utilisions notre nouvelle approche de conception BIM dans un projet”, a déclaré Kim Bong-Seok, directeur chez Dasan Consultants. “Notre client a reconnu l’excellente qualité de la conception du génie civil, rendue possible par la plate-forme 3DEXPERIENCE, et cela nous a permis de remporter le projet suivant également”.

Vous voulez en savoir plus sur la façon dont Dasan s’appuie sur sa réputation de leader et utilise la plateforme 3DEXPERIENCE pour faire du BIM 3D une réalité ? Regardez les vidéos ci-dessous ou lisez l’étude de cas détaillée.

Cet article original est paru sur le Blog de Dassault Systèmes: https://blogs.3ds.com/perspectives/

Taxis aériens, Quand serons nous prêts à les accueillir?

Taxis aériens, Quand serons nous prêts à les accueillir?

Taxi aérien à la demande est-ce envisageable ?

L’aviation à la demande – le taxi aérien – a le potentiel d’améliorer radicalement la mobilité urbaine, et la technologie nécessaire pour amorcer une telle transformation est ici. Les véhicules de mobilité aérienne urbaine (UAM) volent et sont testés dans le monde entier.

Cette révolution des transports est si rapide – bien qu’elle en soit encore à ses débuts – qu’un marché à grande échelle de ce type de services est largement attendu pour le milieu ou la fin des années 2030. Le pionnier des services de transport routier, Uber, est l’une des 150 entreprises, petites et grandes, qui se battent pour obtenir l’avantage concurrentiel que procure une adoption précoce. Comme ce fut le cas pour les véhicules terrestres. Elle collabore avec Aurora Flight Sciences, une société de Boeing, Bell Helicopter, Embraer au Brésil, Karem Aircraft et Pipistrel Aircraft dont le siège est en Slovénie.

“Chacune [de ces entreprises] est complètement différente.  Prouvant que nous sommes dans l’équivalent d’une époque des frères Wright”, a observé Mark Moore, directeur de l’ingénierie des systèmes de véhicules chez Uber Elevate.

“L’ère des frères Wright” est probablement une description aussi pertinente que les autres pour cette perturbation en cours. Dans une étude récente sur l’UAM, Deloitte Consulting a déclaré “Sous l’impulsion d’une série de tendances technologiques et sociales – du covoiturage et du vélo en libre-service, aux véhicules électriques et autonomes et au-delà – l’avenir de la mobilité pourrait à terme créer un système de transport plus intégré, plus rapide, moins cher, plus propre et plus sûr que celui d’aujourd’hui”.

Le mode de propulsion hybride électrique sera dans un premier temps privilégié.  Il offrira une combinaison optimale d’autonomie et de vitesse. Si les entreprises qui prévoient de produire en masse des cellules et des systèmes de propulsion UAM maîtrisent bien les technologies et la voie la plus logique à suivre pour aboutir à une autonomie totale. D’autres impératifs risquent de constituer des défis plus importants pour faire décoller cette industrie naissante. Et ce, malgré tous les essais en cours sur les véhicules.

Les enjeux principaux.

L’un des plus redoutables sera l’acceptation par le public. La construction de l’infrastructure et son financement en sont deux autres. Il suffit de penser à la relative rareté des stations de recharge pour véhicules électriques, même au niveau régional, lorsqu’elles ont été présentées aux consommateurs. Les opérateurs d’UAM seront tout d’abord confrontés à un défi similaire, à savoir la mise en place d’infrastructures adéquates – souvent appelées sky ports ou vertiports. Cette mise en place sera nécessaire pour une utilisation à grande échelle afin de faire baisser le coût des services UAM pour attirer les masses.

La bonne nouvelle est qu’il y a un afflux très important de fonds de capital-risque destinés spécifiquement à investir dans l’UAM. Par exemple, Nexa Capital, qui a aidé l’administration fédérale de l’aviation à payer le système de contrôle du trafic aérien NextGen avec du capital-risque, a de multiples propositions devant la FAA pour des projets d’infrastructure UAM à financement privé.

Deuxième défi majeur.

Un deuxième défi majeur consistera à inciter les villes à utiliser l’UAM pour compléter leurs infrastructures de transport actuelles. Nexa a étudié pas moins de 78 villes dans le monde pour déterminer les cinq endroits les plus susceptibles d’accueillir l’UAM et démontrer son potentiel. L’un d’entre eux est Tokyo, qui possède près de 500 héliports qui ne sont pas utilisés en raison de la résistance locale au bruit des hélicoptères. Le fait que les véhicules de l’UAM génèrent beaucoup moins de bruit pourrait débloquer cette infrastructure inutilisée, selon certains observateurs de l’industrie. Aux États-Unis, Seattle est considéré comme un endroit idéal pour l’UAM, car de nombreuses trajectoires de vol se feraient au-dessus de l’eau…

Pour sa part, la communauté réglementaire – une des parties prenantes qui pourrait être perçue comme un point de friction probable – semble faire sa part. Bien qu’il reste beaucoup à faire, un cadre réglementaire est en train d’émerger et les acteurs de l’industrie sont généralement satisfaits des progrès réalisés jusqu’à présent.

Jusqu’à 400 millions d’embarquements d’UAM par an d’ici 2050

Au rythme actuel de développement, certains observateurs de l’industrie estiment qu’il pourrait y avoir jusqu’à 400 millions d’embarquements d’UAM par an d’ici 2050, ce qui représenterait 4 à 5 % des voyages aériens mondiaux. Cela serait très significatif si cette projection se réalisait.

Lorsque les opérateurs de l’UAM lanceront des vols générateurs de revenus, ils constitueront presque certainement un service de qualité supérieure accessible non pas aux masses, mais aux personnes à valeur nette élevée – comme les vols d’hélicoptère à la demande entre, par exemple, New York City et les Hamptons dans l’est de Long Island. De même, les origines de ces offres de services seront très probablement concentrées dans des zones géographiques riches, telles que la Silicon Valley. À mesure que le volume des vols augmentera, on peut s’attendre à ce que les prix baissent, mettant cette forme de transport à la portée financière d’un plus grand nombre de personnes.

Contrairement aux États-Unis, où très peu de villes semblent envisager sérieusement l’UAM. L’Union européenne prend des mesures et encourage les villes à considérer l’UAM à terme comme une alternative viable. En effet, de nombreuses villes européennes sont en concurrence pour avoir la possibilité de servir de sites d’essai.

Source : “Cet article original a été publié sur le blog Naviguer vers le futur de Dassault Systèmes”

La Collaboration Digital des plateformes Orchestres la valeurs du réseau

La Collaboration Digital des plateformes Orchestres la valeurs du réseau

 La plateforme de collaboration numérique orchestre le réseau de valeur.

“Aucun homme n’est une île, entière en elle-même . Chaque homme est un morceau de continent, une partie de la principale…”

Les mots proviennent d’un ouvrage de prose méditative de 1624, Devotions Upon Emergent Occasions, du poète anglais John Donne. Son sentiment sur la condition humaine s’applique également à l’entreprise moderne . Elle n’est plus centrée sur l’entreprise, une île en-soi, mais un réseau de fournisseurs de valeur qui sillonne le globe dans un effort orchestré pour concevoir, produire et livrer des produits.

Comme tout orchestre, le réseau de valeurs a besoin d’un lieu pour se produire. Dans le monde des affaires, le lieu de choix aujourd’hui est une plate-forme de collaboration numérique unique et unifiée. Il s’agit de l’espace virtuel où chaque “instrument” de l’orchestre joue le rôle qui lui est assigné dans la symphonie de la conception, de l’analyse, de la simulation, de la production, de la chaîne d’approvisionnement et de l’analyse qui entre dans le travail fini – un produit qui répondra à un besoin du client et lui offrira une expérience captivante.

Un lieu de rencontre et un chef d’orchestre.

La plateforme de collaboration numérique est à la fois un lieu de rencontre et un chef d’orchestre, un endroit où l’entreprise qui développe le produit affiche les modèles, les spécifications et les tâches individuelles de chaque fournisseur de l’ensemble. La plateforme est de plus en plus souvent hébergée dans le Cloud . Afin de simplifier l’accès des participants au réseau et de garantir que chacun a affaire à une source unique de vérité, constamment mise à jour pour refléter l’état actuel de l’effort global de développement du produit.

La plateforme de collaboration numérique sur le Cloud fournit également un bac à sable pour l’innovation, où chaque nœud du réseau peut non seulement s’exécuter à la tâche, mais aussi proposer des idées, des initiatives et des innovations qui améliorent le produit ou le processus de développement du produit.

Le Cloud un dépot d’applications.

Le Cloud est également un dépôt d’applications avancées auquel peuvent accéder les membres du réseau de valeur qui ne peuvent ou ne veulent pas posséder et entretenir eux-mêmes ces applications. Un exemple est l’apprentissage machine. Qui peut décrypter les données provenant des nœuds du réseau de valeurs pour trouver des informations et des modèles qu’aucun participant au réseau ne pourrait découvrir par lui-même. Ces informations, prédictions et suggestions, qui peuvent parfois faire l’objet d’actions autonomes, peuvent contribuer à l’amélioration constante du travail en cours. Le Digital Twin, pour améliorer la conception du produit, les processus nécessaires à sa production et le puzzle de la chaîne d’approvisionnement, qui consiste à anticiper et à satisfaire la demande.

Lorsqu’une plate-forme numérique collaborative unifiée orchestre un réseau de valeur, elle permet également une approche d’ingénierie des systèmes basée sur des modèles (MBSE) pour le développement de produits. L’ingénierie des systèmes basée sur les modèles permet aux équipes du réseau de valeur de travailler simultanément sur le modèle simulé du produit. Ce modèle peut être utilisé par l’équipe centrale de développement du produit et partagé – avec une gouvernance et des autorisations appropriées – avec les fournisseurs de réseau qui ont une expertise particulière dans le domaine. L’objectif est la rapidité et la précision : agir rapidement, trouver les problèmes, les résoudre.

L’orchestration réussie d’un réseau de valeurs est l’un des piliers centraux du succès dans l’économie moderne mondialisée. Et la plateforme de collaboration numérique est à la fois le studio de répétition et l’étape finale de la performance des produits du réseau qui, lorsqu’elle est correctement orchestrée, raviront votre public de clients.

Source : “Cet article original est paru sur le blog Naviguer vers le futur de Dassault Systèmes”