Cloud et industries : où en est-on concrètement ?

Cloud et industries : où en est-on concrètement ?

Tous les départements de l’entreprise sont concernés par le cloud computing. On pourrait penser que l’approche cloud est largement entrée dans les pratiques. Pourtant, selon un sondage de Club Décision DSI, en France, seulement 32% des décideurs IT ont opté pour une approche cloud first.

Pourquoi le Cloud ?

Seuls 32% des décideurs IT ont opté pour l’approche cloud. Ce chiffre peut paraître faible. Une question se pose : faut-il systématiquement adopter une approche cloud ? Quels sont les enjeux métiers et business d’un telle approche ? Pour répondre à cette interrogation, il est nécessaire de revenir à la définition du cloud. Ici, nous parlons de cloud first, c’est-à-dire lorsqu’une entreprise bascule l’ensemble de ses systèmes d’informations (ses compétences, son modèle de consommation logicielle et matérielle, sa gouvernance, ou encore sa gestion de projets) dans le nuage. Cela n’implique pas pour autant que les 68% restants ne sont pas utilisateurs de cloud.

Le premier réflexe d’une entreprise est souvent de vouloir agir en interne, avec les « moyens du bord ». Il est à noter que le cloud n’est pas obligatoirement adapté à toutes les applications. En effet, chaque entreprise doit définir son besoin. Par exemple, si une entreprise possède déjà des serveurs en interne fonctionnant 24h/24 pour stocker ses données, alors le cloud ne serait peut-être pas la bonne réponse à son besoin : « le cloud n’a pas pour vocation à faire du hosting. », comme le souligne Servane Augier, Directrice Générale Déléguée de 3DS OUTSCALE. Le vrai besoin auquel le cloud peut répondre est plutôt celui de l’agilité, son principal atout est de « pouvoir apporter du on-demand ». En ce sens, tous les domaines d’activité sont concernés car ils possèdent tous un pic de charge : soit par activité saisonnière, soit car leur développement demande de fortes charges de calculs. Donc, bien que 32% semblent faibles, ce sont des chiffres qui évolueront avec le temps, notamment avec les nouvelles générations d’entreprises.

Start-ups et PME : conversion au cloud imminente

Les motivations ne sont pas toujours les mêmes, néanmoins, les avantages du cloud sont nombreux. Chez Techno MAP, par exemple, le passage au cloud a été poussé par ses propres clients. Christophe Vergneault, PDG de Techno MAP, témoigne : « Nous sommes au service de nos clients. Il faut que l’on s’intègre complètement dans les données qu’ils vont nous mettre à disposition afin d’être capable d’interagir dessus. » L’échange de données en temps-réel avec les clients – des industriels automobiles – fût le point décisif de ce changement de support logiciel. Selon lui, une plateforme collaborative telle que la 3DEXPERIENCE est la clé pour permettre cette interactivité entre les métiers de son entreprise et de ses clients. Il s’agit d’un réel gain de temps, où chaque utilisateur maîtrise en permanence la donnée sur laquelle il travaille. Les utilisateurs conservent alors une traçabilité des différents travaux. Et cette agilité a d’autant plus de sens lorsque le nombre de clients augmente.

Aron Kapshitzer, Co-fondateur et CTO, 5th Dimension, confirme volontiers ce constat. 5th Dimension conçoit depuis 3 ans des lunettes intégrant de nombreuses technologies complexes. Ayant des fournisseurs sur chaque continent, la question du partage d’informations se pose évidemment. L’implémentation de la 3DEXPERIENCE était « exactement ce dont on avait besoin ». Elle lui a permis d’intégrer tous les métiers : idéation, maquette numérique, évolution, intégration de l’électronique, etc. En quelques heures « on a des outils qui couvrent tous les métiers de l’entreprise. ». Un fonctionnement idéal pour une startup qui a besoin d’agilité, de rapidité, et qui n’a surtout pas droit à l’erreur.

Tendances et enjeux

Au-delà d’une plateforme, aujourd’hui, plusieurs grandes tendances se dégagent autour du sujet du cloud et restent des interrogations fortes pour certains dirigeants d’entreprise :

  • Le multi-cloud : qui consiste à s’appuyer sur plusieurs services cloud et sur plusieurs fournisseurs. Cette approche permet notamment d’utiliser des applications ciblées chez différents cloud provider. Les fournisseurs de PaaS ne fournissant effectivement pas tous les mêmes services et les mêmes usages, certains seront complémentaires ;
  • L’edge computing : une technique permettant de traiter les données en périphérie du réseau et non plus en transférant les données vers des data centers comme le permet actuellement le cloud computing classique. Ce procédé permet notamment de réduire les consommations d’électricité ;
  • Le serverless : ce service est proposé par un fournisseur de services Cloud managés et permet à un développeur de déposer directement son code pour qu’il soit exécuté sur une infrastructure consommable à la demande. Le service est managé : il est automatiquement réparti pour résoudre les problèmes de charges ou de sauvegardes. Ainsi, le client n’a plus besoin de s’inquiéter ni des problèmes matériels ou réseaux, ni des runtime d’exécution, ni des middlewares nécessaires.

 

« Si vos informations doivent être sécurisées, elles seront plus difficiles à aller chercher si les données sont réparties sur des milliers d’appareil en même temps. »

– Aron Kapshitzer, Co-fondateur et CTO, 5th Dimension

 

Vous avez dit « confiance » ?

Nous arrivons alors sur une question passionnante qui a animé cet échange : celle de la confiance. S’il y a bien un point sur lequel nos invités s’accordent, c’est celui de la trustability, ce dernier est primordial dans le choix d’un cloud. Récemment, le gouvernement français a missionné 3DS OUTSCALE, qualifié comme cloud d’hyper-confiance, pour développer un cloud souverain. Cette décision fait écho au projet Andromède, initiative du gouvernement français en 2011, afin de créer une réelle alternative aux fournisseurs américains, mais qui fût un échec à cette époque. C’est la récente extension du Patriot Act, nommé Cloud Act, qui est venue mettre un électrochoc : aujourd’hui, une entité administrative américaine peut récupérer des données d’un cloud provider américain quelle que soit la localisation de ces dernières.

« Les intentions sont bonnes. » précise Servane Augier, la loi est là pour « faciliter les interactions judiciaires : lutter contre le crime, la pédophilie, le terrorisme, etc. ». La réalité est autre : « il y a un vrai risque d’espionnage industriel et de guerre économique. », nous rappelle-t-elle.

Dans ce contexte, la souveraineté vient pour sécuriser nos données. Mais il y a aussi « une logique d’indépendance et d’autonomie numérique de la France et de l’Europe. ». Il est donc plus qu’urgent de conserver un tissu économique capable de fournir un tel service depuis nos territoires.

En tant que dirigeant de PME, et partenaire de grands industriels nationaux, Christophe Vergneault nous permet de conclure le débat par un discours pragmatique : « C’est très simple : il y a un problème de sûreté des données. Clairement, oui, on va aller vers ça. », faisant référence de créer de véritables alternatives aux GAFAM.

Un teaser de cet échange passionnant ci-dessous. Nous vous proposons de visionner la version complète du replay en cliquant sur ce lien.

Cet article original est paru sur le blog de Dassault Systèmes.

Comment accélérer l’innovation dans le développement de produits de dispositifs médicaux : Inscrivez-vous au webinaire gratuit

Comment accélérer l’innovation dans le développement de produits de dispositifs médicaux : Inscrivez-vous au webinaire gratuit

Doctor and medical assistant robot analysis and testing result of DNA on modern virtual interface, science and technology, innovative and future of medical healthcare in laboratory background.Des endoprothèses artérielles aux ventilateurs en passant par les dispositifs de surveillance, le développement de dispositifs médicaux est incroyablement difficile pour une raison fondamentale : l’univers des variations du corps humain. Bien que les industries aérospatiale et automobile puissent avoir besoin des conceptions de produits les plus complexes pour être compétitives, un Boeing 737 et une camionnette Mercedes Sprinter ont l’avantage d’être presque identiques dans le monde entier. D’autre part, la mise au point d’un dispositif révolutionnaire d’administration d’insuline, qui peut être utilisé en toute sécurité par un jeune de 14 ans comme par une personne âgée souffrant d’arthrite, peut être trompeusement difficile.

Comme si cela ne suffisait pas, la récente pandémie a remplacé les environnements de collaboration et les commodités des salles de conférence et des laboratoires par des bureaux à domicile isolés, des appels Zoom et des boîtes de dépôt pour de nombreux fabricants d’appareils médicaux qui ne sont pas en première ligne pour le Coronavirus. Les entreprises qui étaient en avance dans leur transformation numérique ont pivoté vers le travail à distance sans perdre une miette, tandis que les retardataires du numérique ont vu leurs employés devenir moins productifs et plus frustrés de jour en jour.

Maintenant que le travail à distance à temps plein ou partiel devrait faire partie intégrante de la “prochaine normalité”, les fabricants d’appareils médicaux ont un choix à faire : intégrer des plates-formes numériques conçues pour accélérer l’innovation de produits dans un monde où la collaboration en face à face n’est pas garantie, ou regarder vos concurrents vous devancer.

Voici trois façons dont les développeurs de dispositifs médicaux transformés numériquement accélèrent l’innovation de leurs produits dans le “next normal”.

Toutes vos données en un seul endroit

Avec des équipes de développement réparties dans toute la ville ou dans le monde entier, la nécessité de disposer de toutes les informations sur les produits sous forme numérique – et de les rendre immédiatement accessibles à tous ceux qui en ont besoin, sans compromettre la sécurité – est plus aiguë que jamais.

Même avant la pandémie, les ingénieurs produits passaient 33 % de leur temps à ne rien faire d’autre que de rechercher des informations, collecter des données, recréer des données et d’autres activités qui les préparaient simplement à faire leur travail.

Les plates-formes de collaboration basées sur le Cloud peuvent apporter un important gain de productivité en garantissant que chaque élément d’information sur vos appareils médicaux est stocké dans un endroit central et sécurisé où il est facile de le trouver et d’y accéder à tout moment.
Ces solutions basées sur des plateformes peuvent accroître l’innovation, la productivité et l’engagement global des employés des équipes de développement de produits, car ils sont libres de passer plus de temps à créer et à résoudre des problèmes et moins de temps à chercher les informations dont ils ont besoin pour démarrer.

Des plateformes de données plus robustes pour des produits plus robustes

Les dispositifs médicaux peuvent être incroyablement complexes, nécessitant du matériel, des logiciels, de la connectivité et du Cloud qui fonctionnent ensemble de manière transparente pour fournir la valeur souhaitée : “un système de systèmes”, pour ainsi dire. La plupart des applications commerciales et bureautiques et des processus de développement existants ne sont pas en mesure de s’adapter à la complexité croissante des produits, d’où la nécessité de recourir à des ajustements et à des solutions de rechange lorsque les travailleurs ne disposent pas des bons outils pour leur travail.

Les principaux développeurs de produits ont abandonné les environnements traditionnels basés sur des documents pour adopter l’ingénierie des systèmes basée sur des modèles (MBSE). Le MBSE utilise des modèles 2D et 3D robustes comme unité de référence de base, capables de contenir toutes les exigences du système, la conception, l’analyse, la vérification et les données de validation du produit en leur sein.

La capacité des modèles à fournir des informations complexes et multidimensionnelles sur le produit à chaque phase du processus de développement :

Garantit que vos développeurs travaillent toujours avec les informations les plus récentes et les plus correctes – “une version de la vérité” – partout dans le monde.
Intègre des protocoles de gestion des changements à toute épreuve en alertant automatiquement toute personne affectée par une modification du modèle, quel que soit le lieu où la modification est initiée dans le cycle de développement.
Accélère la mise sur le marché et l’innovation des produits en permettant aux développeurs de réutiliser des modèles “prêts à l’emploi” éprouvés pour créer de nouveaux produits.

Utiliser la simulation pour accélérer le développement et réduire les coûts

Les outils de simulation actuels basés sur le Cloud permettent aux développeurs de produits numériques avancés d’effectuer des milliers de tests en situation réelle sur des produits en cours de développement sans avoir besoin de créer un seul prototype physique ou de mener une seule étude sur les moutons, dans le cas des dispositifs médicaux.

Étant donné la variété infinie de dimensions, de compositions et de conditions présentes dans le corps humain, la simulation est un outil puissant pour les fabricants de dispositifs médicaux qui cherchent à développer des produits pouvant accueillir en toute sécurité le plus grand nombre possible de patients, d’utilisateurs et d’applications.

La simulation permet non seulement de réduire considérablement les coûts de développement et les délais de commercialisation par rapport aux essais physiques, mais elle peut également réduire la nécessité d’effectuer des études sur les moutons et des essais sur l’homme dans certaines applications.

Les résultats de la simulation peuvent également être partagés avec des cliniciens, des chirurgiens, des infirmières et d’autres utilisateurs afin de recueillir leurs réactions sans qu’il soit nécessaire de recourir à un prototypage physique coûteux, ce qui réduit encore les coûts de production et le délai de mise sur le marché.

Libérées de la pression des ressources liées au prototypage et aux essais, vos équipes de développement seront beaucoup plus disposées et capables de libérer leur potentiel d’innovation et de développer davantage de produits “sur mesure” qui révolutionnent vos domaines d’activité, plutôt que de se contenter d’améliorations progressives qui ont plus de chances d’atteindre les objectifs de développement.

Passer à l’étape suivante

Si vous êtes un développeur ou un fabricant de dispositifs médicaux et que vous cherchez des moyens d’accélérer le développement de vos produits, d’améliorer votre qualité et de réduire vos coûts de développement, inscrivez-vous à la webémission gratuite “Gestion de la qualité des dispositifs médicaux dans le nouveau monde d’aujourd’hui”, qui sera diffusée en direct le 27 août 2020 à 11h00 EDT, et qui sera animée par Persistent Systems, partenaire certifié de Dassault Systèmes pour les solutions de valeur.

CLIQUEZ ICI pour vous inscrire ou pour en savoir plus.

Développement de pneus innovants avec 3DEXPERIENCE

Développement de pneus innovants avec 3DEXPERIENCE

La production automobile ne cesse de générer des innovations perturbatrices, créant des changements constants et rapides. Les progrès tels que les véhicules connectés et les voitures électriques touchent l’ensemble du secteur, des équipementiers aux fournisseurs, y compris les fabricants de pneus.

La société japonaise Toyo Tire a de grands projets pour l’avenir. Elle s’est engagée à créer des pneus innovants et de haute qualité pour répondre aux besoins des de l’industrie en mutation, et de renforcer constamment la confiance de la marque à partir de leur base de clientèle fidèle. Les clients choisissent d’acheter chez Toyo Tire parce qu’ils apprécient les caractéristiques techniques élevées des produits, leurs performances et leur conception progressive.

Pour soutenir ses objectifs commerciaux et d’innovation, Toyo Tire a construit un nouveau système de gestion des données et des processus de simulation (SPDM) sur la plateforme 3DEXPERIENCE, rendant ainsi le développement de ses produits plus efficace que jamais. Ce système, appelé T-MODE, permet de simuler des environnements, des scénarios et des conditions spécifiques pour la conception de pneus, améliorant ainsi la qualité des produits et garantissant les normes de sécurité.

Avant l’utilisation de la plateforme 3DEXPERIENCE, les données de Toyo Tire étaient conservées en silos, ce qui empêchait les utilisateurs d’accéder facilement à toutes les informations dont ils avaient besoin. Aujourd’hui, la société intègre toutes ses données de développement de produits dans une seule plateforme, de sorte que les ingénieurs et les concepteurs peuvent accéder aux mêmes données, ce qui augmente la productivité. Le savoir-faire et les connaissances peuvent être partagés entre les équipes. Toyo Tire prévoit d’ajouter d’autres flux de données à la plateforme au fil du temps, non seulement pour améliorer la qualité des produits, mais aussi pour accroître l’efficacité de son processus de fabrication.

Lisez l’étude de cas détaillée pour en savoir plus sur le système T-MODE de Toyo Tires ou regardez les vidéos ci-dessous..

Cet article original est paru sur le blog de Dassault Systemes: https://blogs.3ds.com/perspectives/

Développement de pneus innovants avec 3DEXPERIENCE

Comment la connectivité définira le transport du futur.

 

 

Selon un rapport de McKinsey & Company, au cours de la prochaine décennie, 100 % des nouveaux véhicules devraient être connectés d’une manière ou d’une autre. La navigation, l’info-divertissement, la mobilité, la télématique et d’autres services numériques qui interagissent avec le conducteur se généraliseront.  La connectivité entre les véhicules et l’infrastructure urbaine. La connectivité à l’extérieur du véhicule prend désormais une nouvelle direction, où les appareils connectés deviennent essentiellement une plateforme informatique semblable à un smartphone. Cela inclut V2X (véhicule connecté à tout), V2V (véhicule à véhicule), la technologie Home Connect et d’autres plateformes IdO.

“L’industrie automobile est à un moment de transformation… il y a beaucoup de défis intéressants à venir”, a observé Raj Paul, responsable régional de l’industrie américaine de l’automobile chez Microsoft.

Voitures connectés et innovation disruptive.

Paul a récemment exploré les nouvelles tendances automobiles lors d’un webinaire de Frost & Sullivan, consacré à la voiture connectée. Il a donné aux participants un aperçu des véhicules connectés, avec les opportunités de croissance, la technologie et les tendances émergentes de l’industrie.

Paul a été rejoint par Krishna Jayaraman, le directeur du programme “connected car & IoT” de Frost & Sullivan UK, et Niranjan Manohar, directeur de recherche de “connected car & IoT” chez Frost & Sullivan USA. Tous deux ont également parlé de la connectivité et de la direction que cette industrie prend, selon eux.

La perturbation et l’évolution simultanées de l’industrie automobile peuvent être attribuées à ce que l’on appelle le C.A.S.E., selon Jayaraman. Cet acronyme signifie “Connectivité, Autonomie, Partage/Abonnement (Sharing/Subscription) et Électrification”. Beaucoup disent que c’est ce qui guidera l’industrie automobile à l’avenir.

Il n’y a pas si longtemps, les conducteurs étaient isolés du monde extérieur lorsqu’ils étaient dans leur véhicule ; cependant, de plus en plus de consommateurs adoptent les nouvelles technologies disponibles et exigent des fonctionnalités de connectivité.

“Avec l’évolution des préférences et l’adoption de la nouvelle technologie par les consommateurs, cela a contribué à l’augmentation du nombre de voitures connectées”, a déclaré M. Jayaraman. “La connectivité devient omniprésente”.

Pendant ce temps, l’industrie et les innovateurs sont mis au défi d’établir des objectifs et des normes industrielles en matière de connectivité. Les FEO, les entreprises de premier plan qui fournissent des composants aux constructeurs automobiles, et les entreprises technologiques, reconnaissent l’importance de construire une plate-forme configurable pour le véhicule connecté afin de pouvoir le monétiser.

“La voiture connectée est une machine à apprendre, elle peut donc apprendre de son environnement et de son conducteur, car elle est pleine de capteurs intelligents et de logiciels qui peuvent détecter et analyser les différentes situations”, explique Olivier Sappin, vice-président de l’industrie du transport et de la mobilité chez Dassault Systèmes. “Dans les véhicules d’aujourd’hui, la technologie est incroyable. Vous pouvez trouver autant de lignes de code que dans la navette spatiale. La voiture peut détecter si le conducteur va s’endormir. La voiture peut également détecter si un autre conducteur se trouve dans l’angle mort et l’empêcher de changer de voie. La voiture connectée du futur sera synonyme de voiture plus sûre, de conducteur plus sûr et de routes plus sûres”.

Lors du webinaire Frost & Sullivan, Paul de Microsoft a partagé 10 tendances industrielles qui contribuent actuellement à la croissance de la connectivité des véhicules :

  • La transformation de l’expérience client avec des attentes numériques accrues
  • Un changement dans le processus de fabrication des automobiles conduisant à l’usine du futur” et à l’optimisation des coûts
  • L’adoption généralisée des voitures électriques et la prise de conscience que les infrastructures joueront un rôle essentiel à l’avenir
  • Un intérêt accru des équipementiers pour les véhicules autonomes
  • Le rôle essentiel des assistants numériques et des technologies de reconnaissance vocale
  • Les progrès en matière de divertissement et de productivité des véhicules pour les consommateurs ; ces progrès seront encore redéfinis avec les capacités 5G
  • La connectivité devient une norme plutôt qu’une option
  • La dépendance du cloud dans l’espace automobile connecté
  • Un nouvel accent sur les modèles d’entreprise émergents pour répondre à ces tendances
  • Conversations en cours concernant la monétisation

L’avenir est à la demande

Actuellement, certains matériels tels que les ADAS (Advanced Driver Assistance Systems) et l’infodivertissement sont préinstallés dans les automobiles, tandis que des fonctionnalités à la demande comme Sirius XM, le stationnement autonome, l’assistance au remorquage et la vision nocturne sont proposées aux clients à la demande. Bon nombre de ces fonctionnalités seront mises à niveau et différentes options de paiement seront disponibles.

“Du point de vue de l’utilisation quotidienne, plus de 30 % des fonctionnalités à l’intérieur de la voiture ne sont pas utilisées par les clients”, a expliqué M. Manohar. Par conséquent, les consommateurs pourront choisir les caractéristiques qui répondent le mieux à leurs besoins.

M. Jayaraman a souligné l’essor des assistants numériques personnels basés sur l’IA en 2018. Tels qu’Alexa et Google, comme en témoignent les démonstrations effectuées lors de divers salons automobiles et électroniques à travers le monde.

“L’intelligence artificielle est mise à profit pour développer l’intelligence conversationnelle et les assistants numériques personnalisés, qui redéfinissent l’expérience en voiture”, a déclaré M. Manohar. Daimler’s Ask de Mercedes, l’assistant personnel intelligent de BMW et My Driving Partnerare de Renault sont autant d’exemples.

“À l’avenir, la convergence des assistants personnels avec les capacités cognitives et l’espace de conduite automatisé sont probablement les deux thèmes principaux qui donneront naissance à un système unifié avec un contrôle complet du véhicule”, a ajouté M. Manohar. “Ce co-pilote sera comme un compagnon de véhicule humanisé”.

Source : “Cet article original est paru sur le blog de Dassault Systèmes”.

 

Les villes intelligentes sont des villes écologiquement viables

Les villes intelligentes sont des villes écologiquement viables

Les villes métropolitaines attirent les gens pour de nombreuses raisons. L’augmentation de la population s’accompagne de défis tels que les embouteillages, la pénurie de logements et les contraintes énergétiques. C’est pourquoi les urbanistes et les promoteurs se penchent sur des concepts de ville intelligente fondés sur des pratiques de durabilité. L’objectif ultime d’une ville intelligente est de fonctionner de manière durable sur le plan environnemental, économique et social. Disposer d’un modèle 3D intelligent et virtuel d’une ville permet d’améliorer l’expérience des résidents, des entreprises et des pouvoirs publics.

La plateforme 3DEXPERIENCE de Dassault Systèmes crée un jumeau virtuel dynamique d’une ville. Ce modèle numérique montre comment une ville peut se développer et évoluer en collectant des données en temps réel grâce à des technologies d’information et de communication intelligentes. Toutes les informations peuvent être consultées et évaluées par les acteurs internes et externes de la ville, ce qui leur permet de répondre rapidement aux défis urbains. La simulation de la ville facilite la gestion collaborative, renforce l’efficacité et améliore la qualité de vie en ville. Hong Kong, Rennes Métropole et Singapour ont intégré les solutions de Dassault Systèmes pour devenir une ville intelligente.

Arup, une multinationale qui fournit des solutions innovantes pour l’environnement bâti, et Dassault Systèmes ont proposé conjointement la plateforme 3DEXPERIENCE comme base d’une infrastructure commune de données spatiales (CSDI) au gouvernement de Hong Kong, afin de construire un plan de ville intelligente. La visualisation de la ville de Hong Kong en 3D a montré avec succès comment une plateforme collaborative pour les secteurs public, privé et universitaire peut optimiser le fonctionnement et la gestion d’une ville intelligente.

Le gouvernement de Singapour utilise l’offre “smart city” de Dassault Systèmes pour centraliser la planification – de l’évacuation d’urgence et des défis de construction à l’organisation de grands événements et au confort de la vie urbaine.

Rennes Métropole est une région du centre de la France et possède un jumeau numérique appelé Rennes Virtuel, une solution collaborative basée sur le Cloud. La systématique qui sous-tend cette approche réduit la complexité et facilite l’élaboration de politiques publiques efficaces.

La transformation en villes intelligentes aide ces gouvernements à garantir la sécurité et la qualité de vie de leurs citoyens et à créer un lieu de travail et de vie plus agréable et plus durable.

Cet article original est paru sur le site de Dassault Système.

Développement de pneus innovants avec 3DEXPERIENCE

Dans combien de temps verrons-nous des véhicules autonomes sur la route ?

Le rêve de véhicules de niveau 5 totalement autonomes n’est pas loin de se réaliser. Les plus grands constructeurs automobiles ont fait diverses prédictions allant de la fin de cette année à la prochaine décennie quant au moment où ils pourraient prendre la route. Ces véhicules ont le potentiel à long terme de perturber l’ensemble de l’industrie des transports, depuis les véhicules personnels individuels jusqu’aux flottes de camions opérant dans une chaîne d’approvisionnement en expansion. De plus, les véhicules autonomes peuvent s’aligner sur la tendance de la mobilité en tant que service ; par exemple, la popularité croissante des services de transport routier tels que Uber et Lyft pourrait éventuellement conduire à la création de robots-taxis.

Dassault Systèmes contribue à la réalisation de ce rêve. La plateforme 3DEXPERIENCE est étroitement impliquée dans l’accélération du temps de mise sur le marché pour de nombreux constructeurs automobiles autonomes, qu’il s’agisse de vétérans de l’automobile ou de jeunes entreprises. Le logiciel de Dassault Systèmes peut simuler différents scénarios sur la route, puis les résultats peuvent être intégrés dans le processus de conception et de production du véhicule pour une sécurité accrue. Grâce à la plateforme 3DEXPERIENCE, les constructeurs automobiles sont en mesure de mieux concevoir, produire, tester et entretenir les voitures sans conducteur.

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles la technologie des véhicules autonomes est une option attrayante, avant tout – elle promet de réduire les blessures et les décès dus à l’erreur humaine des conducteurs. Les statistiques sur les conducteurs humains montrent qu’il y a de sérieuses possibilités d’amélioration sur le front de la sécurité. Selon la National Highway Traffic Safety Administration, plus de 94 % des accidents impliquent une erreur humaine, ce qui signifie que cette technologie peut sauver des vies. Il y a également de nombreux conducteurs humains distraits, somnolents, en état d’ébriété ou simplement ineptes sur les routes aujourd’hui et les conséquences sont graves. L’intelligence artificielle intégrée dans les systèmes de conduite actuels a une grande marge de manœuvre pour se développer et pourrait éventuellement aider à faire face à l’imprévisibilité des conducteurs humains qui seront probablement encore sur les routes dans un avenir prévisible. Toujours dans une perspective de durabilité, les véhicules autonomes peuvent être conçus pour être plus économes en carburant et réduire les embouteillages.

Il y a le dernier obstacle au développement des infrastructures qui doit être franchi avant que la technologie audiovisuelle puisse être pleinement déployée. Par exemple, on pourrait mettre en place des systèmes de géofencing pour aider les véhicules à naviguer, ainsi qu’une connectivité plus robuste de l’IdO aux feux de circulation et à la signalisation routière. Pour les conducteurs, le fait de ne pas avoir à se concentrer sur la route leur permet de disposer d’un temps supplémentaire précieux pour le travail et la détente. En retour, cela pourrait élargir l’éventail des déplacements que les gens décident de faire pour leur travail, leurs vacances ou même leur permettre d’accéder plus facilement à des établissements de santé plus éloignés. Trois heures en voiture peuvent être plus attrayantes si l’occupant peut dormir, lire ou rattraper son retard sur son émission préférée en streaming.

Pour en savoir plus sur l’avenir des voitures connectées et si vous souhaitez en savoir plus, regardez le CES 2020 : Key Takeaways on the Future of Mobility

 

Cet article originale est paru sur le site de Dassault Systémes:  https://blogs.3ds.com/northamerica/how-long-until-we-see-autonomous-vehicles-on-the-road/